Niger: huit personnes dont six touristes français tuées dimanche par des hommes armés

Lancement de l’Agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable

Par kibaru

Vendredi 5 février 2016, ont été lancés, au Centre International de Conférence de Bamako, les Objectifs de Développement Durable. La cérémonie a regroupé plusieurs Ministres, le corps diplomatique accrédité au Mali ainsi que l’ensemble du Système des Nations Unies au Mali, avec à sa tête, le Représentant Spécial du Secrétaire Général, mais aussi son Adjointe, également Coordonnatrice humanitaire et Représentante Résidente du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Adoptés par les 193 Etats membres des Nations Unies en septembre 2015, lors de la dernière Assemblée Générale de l’organisation, les Objectifs de Développement Durable (ODD), ont été lancés vendredi au Centre International de Conférence de Bamako CICB. 

Devant un parterre de Ministres, de Diplomates, de Hauts fonctionnaires, de Représentants d’organismes internationaux et d’ONG, Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires Etrangères, a procédé au lancement des ODD. A ses côtés au présidium, le Ministre de l’Economie et des Finances, le Docteur Boubou Cissé, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif ainsi que la Représentante Spéciale Adjointe à la fois Coordonnatrice humanitaire et Représentante Résidente du PNUD au Mali, Mme Mbaranga Gasarabwé.

Les Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030, ensemble d’objectifs pour éradiquer la pauvreté, ont été adoptés en lieu et place des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) adoptés en 2000. Les OMD au nombre de huit, devaient permettre de contribuer à lutter contre un certain de nombre de maux et garantir des droits essentiels sur la période 2001-20015. Ainsi, le premier devait permettre d’éliminer l’extrême pauvreté et la faim. Les sept autres étaient : assurer l’éducation primaire pour tous ; l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme ; réduire la mortalité infantile ; améliorer la santé maternelle ; lutter contre le VIH/sida, le paludisme et les autres maladies ; assurer un environnement humain durable et enfin, mettre en place un partenariat mondial durable pour le développement. 

Pour Mme Gasarabwé il est important, de rappeler ce qu’est le développement durable qui représente « … la convergence harmonieuse de trois éléments qui sont au cœur de nos sociétés : la dimension sociale, l’économie et l’environnement. Le développement durable est donc un développement qui inclut toutes les couches sociales, une économie dynamique qui partage équitablement les fruits du travail et enfin, un développement qui préserve son environnement et limite les changements climatiques dans un processus inclusif et participatif », a-t-elle déclaré lors de son allocution. 

Au nombre de 17, les ODD sont plus nombreux que leurs prédécesseurs. Plus spécifiques, ils se définissent de façon plus simple : ‘’pas de pauvreté’’ ; ‘’faim zéro’’ ; ‘’bonne santé’’ ; ‘’éducation de qualité’’ ; ‘’égalité entre les sexes’’ ; ‘’eau propre et assainissement’’ ; ‘’énergie propre et d’un coût abordable’’ ; ‘’travail décent et croissance économique’’ ; ‘’industrie, innovation et infrastructure’’ ; ‘’inégalités réduites’’ ; ‘’villes et communautés durables’’ ; ‘’consommation et production responsables’’ ; ‘’mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques’’ ; ‘’vie aquatique’’ ; ‘’vie terrestre’’ ; ‘’paix, justice et institutions efficaces’’ ; et enfin, ‘’partenariat pour la réalisation des objectifs’’.

 

Le Gouvernement en pointe avec l’appui de l’ONU

La promptitude avec laquelle le Gouvernement du Mali a lancé les ODD est, pour la Coordonnatrice humanitaire et Représentante Résidente du PNUD, un fait majeur à saluer : « En procédant au lancement des ODD ce matin, le Mali franchit une première étape importante dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et entre dans le cercle restreint des pays africains qui ont déjà effectué cet exercice. C’est donc un honneur et aussi un plaisir de féliciter le gouvernement malien pour s’être prêté à cet exercice. » 

Selon Mamadou Zibo Maiga, Coordinateur de la Cellule technique du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) les ODD sont plus ambitieux que les OMD, c’est ce qui ressort de la présentation qu’il a fait ce jour-là et dont il est le co-auteur : « les OMD prévoyaient de réduire la pauvreté alors que les ODD prévoient d’éradiquer la pauvreté. Les OMD ciblaient les pays pauvres alors que les ODD ciblent tous les pays, ils étaient plus globaux et donc plus restrictifs que les ODD ».

Selon le Chef de la MINUSMA,  la promptitude du Gouvernement malien démontre que : « malgré la situation certes difficile que nous vivons, la vie continue au Mali, les choses marchent au Mali » et, Mahamat Saleh Annadif d’assurer les autorités du soutien de la Mission des Nations Unies en affirmant : « le mandat de la MINUSMA est là pour accompagner tout le Gouvernement dans la mise en œuvre de ces objectifs. » Monsieur Annadif a également exhorté ses collègues de l’ONU menant des activités opérationnelles au Mali à diligenter rapidement les dossiers. « Il ne faudrait pas que ce signal donné par nos sœurs et frères du Mali reste une cérémonie sans lendemain. Vous connaissez tous la situation mieux que moi. Vous connaissez sans doute les lenteurs et les lourdeurs auxquelles nous pouvons parfois être confrontés au niveau de nos procédures internes. L’appel que je vous lance, c’est de prendre en compte qu’à l’heure où nous sommes, tout est prioritaire au Mali et vous devrez agir en tenant compte de ces situations d’urgence, pour que chacun puisse accomplir sa mission avec la plus grande célérité. C’est la seule façon de démontrer que les Nations Unies sont ici à côté des frères et sœurs maliens pour servir le Mali ! » leur a-t-il dit.

La proactivité du Gouvernement malien quant au lancement des ODD n’est pas fortuite et s’explique : « le Mali a pris une part active dans le difficile processus d’élaboration et de négociation et, a également fait sien les 17 objectifs définis au plan mondial et ceux définis au niveau continental, » a affirmé le Dr Boubou Cissé, Ministre de l’Economie et des Finances.

Placée sous sa présidence, M. Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine, s’est lui aussi adressé à la Communauté internationale en pointant une réalité de l’heure : « Je voudrais inviter à une plus grande solidarité à l’endroit des pays en situation particulière, notamment les pays africains, les pays les moins avancés, les pays sans littoral et les pays insulaires et en développement… et j’insiste pour les pays du Sahel car désormais l’appartenance à cette région doit de plus en plus être reconnue par la Communauté Internationale comme une vulnérabilité supplémentaire, qui va nécessiter des approches différentes pour prendre en compte les préoccupations de sécurité, de développement mais aussi d’environnement. »

Le passage des OMD aux ODD marque donc la volonté de la Communauté internationale non plus de ‘’lutter contre’’ mais ‘’d’éradiquer’’ la pauvreté et son corollaire de maux. Une ambition qui aura besoin de ressources. Des moyens innovants et durables doivent donc rapidement être trouvés afin qu’en 2030 le bilan ne soit plus encourageant, mais nettement satisfaisant.