Niger: huit personnes dont six touristes français tuées dimanche par des hommes armés

Les dessous de la mort du proche du chef de village de Boni (cercle de Douentza) dévoilés

Par kibaru

On en sait davantage sur les raisons qui ont entrainé l’assassinat de Allaye Ambiri Dicko, un proche du chef de village de Boni, situé à quelque 90 km de Douentza. Rappelons que c’est au sortir de la mosquée, le dimanche 7 février dernier, aux environs de 20 heures que deux individus armés se sont présentés devant lui avant de l’abattre par des coups de fusil. Le défunt est également un parent très proche de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Moustapha Dicko.

Selon nos informations, ses meurtriers, au nombre de deux, sont issus d’un village voisin en l’occurrence Serma, toujours dans le cercle de Douentza. Ils lui reprochent de profiter de son statut de proche d’une notabilité pour se livrer à des « dénonciations calomnieuses ».

C’est ainsi qu’il aurait fait arrêter une personne répondant au nom de Aly Hima Diallo l’année dernière. Celui-ci est décédé en prison dans des conditions toujours non-élucidées. C’est donc pour se venger que des individus qui lui sont proches ont assassiné Allaye Ambiri Dicko. Lequel a déjà réussi à échapper à deux tentatives de meurtre, mais cette fois il n’a pas eu la même chance. C’est donc un  règlement de comptes comme l’ont laissé entendre certains. Pour l’heure, on apprend que sur le terrain des éléments de la gendarmerie ont été dépêchés pour mettre la main sur les auteurs de ce crime. Il faut dire que ce genre de cas est très fréquent dans la région de Mopti qui est celle des litiges par excellence. Généralement, ceux-ci tournent autour des bourgoutières, de la chefferie ou du domaine foncier. Et c’est sur cette vague que surfent les terroristes liés au prêcheur extrémiste Amadoun Koufa qui sévissent dans cette région du centre du pays.